Comment créer une entreprise au Canada : guide pour bien s’implanter

Le Canada est un pays qui attire des expatriés venant du monde entier. Le pays attire également les entrepreneurs, étant intéressant pour un étranger d’y créer son entreprise. Découvrez comment créer une entreprise au Canada dans les lignes suivantes.

Être opérateur économique au Canada : les possibilités

Le plus souvent, devenir entrepreneur dans un pays étranger ne peut se faire qu’après avoir rempli plusieurs formalités contraignantes. Cela est généralement fait dans le but de permettre de favoriser les opérateurs locaux afin de développer plus rapidement l’économie du pays. En effet, les compagnies étrangères qui s’implantent dans un pays ne se soucieront pas toujours de rapporter de l’argent ou non au pays où ils opèrent, et il n’est pas rare qu’ils fassent rapatrier leurs bénéfices ailleurs.

Au Canada, les conditions d’opération sont plus souples ; il n’est pas nécessaire pour une entreprise d’être présente physiquement dans les frontières du pays pour fournir ses services. Dans le cas d’une startup, il lui est possible de fournir ses services au public Canadien par le biais de plateforme web. La seule condition est d’évidemment proposer ces services dans les langues locales, soit l’anglais et le français.

En sus de cela, il vous est possible de vous faire représenter sur place par un tiers, et celui-ci s’occupera d’effectuer toutes les tâches nécessitant une présence physique. Il faudra bien choisir cette personne, car elle s’occupera de faire l’intermédiaire entre vous et vos clients et collaborateurs locaux. Le plus gros de la promotion de votre compagnie auprès du public Canadien est également à sa charge. Outre l’option d’opérer au Canada à distance, il y a celle de lancer une entreprise sur place, ce qui présente divers avantages.

Dresser le business plan pour votre entreprise

Comment créer une entreprise au Canada - business plan

Avant de faire une création de société, il faut d’abord faire des prévisions sur la manière dont celle-ci va fonctionner au quotidien. Il y a plusieurs éléments à prendre en compte pour bien réaliser une étude de marché, comme la nature du produit ou service fourni, le public cible, la viabilité du prix, etc. il vous faut également identifier si la concurrence est importante ou non dans le domaine qui vous intéresse. Si vous êtes un potentiel créateur d’entreprise au Canada, il vous est fortement conseillé de vivre sur place pendant un moment.

Le but ici est d’apprendre à vous familiariser avec les gens qui vivent là-bas avant de démarrer une entreprise, et arriver à mieux les comprendre, car ils sont des clients potentiels. Plus vous parvenez à vous rapprocher de votre public cible et comprendre leurs besoins, plus vous serez en mesure de leur proposer des offres pertinentes. En outre, votre décision d’investir au Canada peut résulter du temps que vous avez passé dans l’une des provinces du pays.

Il n’est pas rare qu’on trouve sur la toile des histoires de personnes qui étaient simplement de passage au Canada et qui ont au final décidé d’y poser leurs valises et de devenir entrepreneur. Si ce n’est pas votre cas, vous pouvez envisager de passer des vacances là-bas pour « tâter le terrain ». Certains vont même à trouver un emploi sur place pour mieux prendre le temps de préparer leur projet en disposant des meilleurs données possibles.

Trouver des financements

Une fois votre business plan érigé, il vous faudra partir à la recherche de financements pour votre projet. Au Canada, il y a de nombreux business angels qui sont prêts à fournir assistance aux entrepreneurs ambitieux qui ont des idées rentables. Contrairement à ce qui peut se passer dans d’autres pays, où on favoriser d’abord les personnes originaires d’un pays, il ne sera pas fait de distinction entre natif ou étranger au Canada.

Pour trouver un financement pour votre activité au Canada, il vous faut disposer d’un bon historique financier. En outre, il vous sera demandé vos relevés de compte pour faire état de vos finances, et si les données ne sont pas satisfaisantes, il peut vous être difficile de trouver des prêts. Comme ailleurs, moins vous aurez de dettes ou contracté de dettes par le passé, mieux ce sera pour votre dossier. Les banques peuvent cependant être assez strictes, et quand c’est le cas, il vous est possible de vous tourner vers d’autres sources de financement.

Certains organismes au Canada pour les jeunes entrepreneurs proposent leur aide financière, avec des conditions bien plus souples que celles des banques traditionnelles. Par-dessus tout cela, il vous sera plus qu’avantageux de disposer d’un minimum de fonds financiers personnels, et entre autres. Cela contribuera à faire augmenter la confiance de l’organisme de prêt par rapport à votre capacité à épargner et à gérer l’argent.

Les démarches administratives

Le visa est l’un des documents les plus importants que vous devez obtenir si vous voulez immatriculer une entreprise au Canada et être inscrit au registre du commerce. L’option la plus intéressante pour vous est certainement le visa « démarrage d’entreprise », qui est essentiellement destiné aux investisseurs non Canadiens. L’un des critères requis pour obtenir ce visa de travail est de disposer de fonds financiers provenant d’organismes spécialisés dans cela.

Une lettre de soutien provenant d’un tel organisme, que ce soit un business angel, un fond de capital-risque ou tout autre similaire sera le document requis. Il vous sera également nécessaire de démontrer que vous détenez des droits dans l’entreprise que vous allez créer. Cela ne sera pas nécessaire dans le cas où vous envisagez de vous instaurer en tant qu’entreprise individuelle. L’un des critères requis est d’avoir une bonne maitrise des langues locales, soit l’anglais et le français.

Vous pourrez faire état de cette maitrise en obtenant un score supérieur ou égal à 5 lors de l’examen qu’est le NCLC. Il vous sera nécessaire de démontrer que vous disposez de moyens financiers suffisants pour subsister au Canada et faire fonctionner votre entreprise dans le même temps. Certains créateurs de startups résident sur place tout en ayant un travail qui leur permet de gagner de l’argent le temps que leur activité démarre.

Le statut juridique de votre entreprise au Canada

Pour créer une entreprise, le choix du statut juridique est assez large pour votre société au Canada. Certains sont plus avantageux que d’autres dépendamment de votre cas de figure, si bien qu’il est nécessaire de bien prendre en compte les différents avantages que tel ou tel statut apporte. Certains statuts ont ainsi plus les faveurs des entrepreneurs étrangers que d’autres, et l’un de ceux-ci est celui d’entreprise individuelle, assimilable aux travailleurs indépendants.

Dans ce cas de figure, vous ne faites qu’un avec l’entreprise que vous créez, et celle-ci ne pourra pas être dissociée de votre personne. Comme les bénéfices pour ce genre d’activités sont assez limités, il ne vous sera pas imposé un régime fiscal trop imposant. Vous avez également la possibilité de vous instaurer en tant que Société en Nom Collectif (SNC), qui vous permettra de vous regrouper en plusieurs associés afin d’effectuer la même activité.

Un autre statut juridique populaire auprès des entrepreneurs étrangers est également la Société par Actions. Dans celle-ci, les différents membres sont soumis à des obligations par rapport à la société dépendamment du pourcentage d’actions qu’ils possèdent. On considère l’entreprise comme une personne morale, et différents droits et obligations lui sont ainsi attribués. Si ce statut attire autant, c’est que l’imposition est plus qu’avantageuse par rapport aux autres statuts.

Le principal souci réside dans l’accès à ce statut qui est assez onéreux, en plus de son fonctionnement quelque peu complexe. Afin de palier à cela, il vous est possible de faire appel aux services d’un prestataire tel qu’un avocat ou un comptable pour lui demander de vous fournir assistance. C’est une pratique populaire dans l’univers entrepreneurial qui facilite bien la vie du jeune entrepreneur.

La question du droit du travail

Faire du business et créer sa boite inclut généralement la création d’emplois, et la gestion des ressources humaines au Canada peut être un peu problématique pour les non-initiés. En effet, comme aux Etats-Unis, une société est soumise à différentes obligations complexes par rapport à leurs employés, et c’est assez différent de ce qui se fait normalement en France. Au Canada, il se trouve de nombreuses provinces, et des nuances plus ou moins importantes peuvent exister au sein de leur droit du travail.

Parmi la différence entre le code du travail Français et celui Canadien, il y a l’absence des contrats tels que les CDD et CDI. À la place, chaque contrat et sa durée dépendent de chaque entreprise, mais le tout reste quand même encadré par les syndicats, qui s’assurent que les droits des employés soient bien respectés. La durée des congés et la hauteur des indemnités de départs sont calculées en fonction de votre ancienneté dans la société.

Si le code du travail varie légèrement selon la province, il faut approcher le syndicat correspondant à votre province pour bénéficier des services adéquats. En effet, leur autorité n’est pas la même dépendamment des variations du code du travail. Le mieux est de faire appel à un avocat spécialisé dans le droit du travail au Canada pour être sûr de bien suivre les bonnes mesures par rapport à la manière dont vous gérez vos employés.

La question du droit des contrats

Comment créer une entreprise au Canada - droit

Les choses en France et au Canada ne sont pas les mêmes pour ce qui est de la validité des contrats ainsi que des règles qui les régissent. À l’hexagone, c’est bien plus simple car peu importe le département où vous vous trouvez, les différentes règles qui régissent un contrat professionnel sont les mêmes. Au Canada, un contrat effectué dans une province spécifique ne suit pas les mêmes principes que dans une autre province.

Toutefois, l’ensemble de ces droits provinciaux doivent se soumettre au droit Canadien en général, et seules des nuances sont permises entre chaque province. Eriger les différents contrats avec vos collaborateurs devra se faire avec l’assistance d’un prestataire juridique qui possède les connaissances nécessaires pour protéger vos intérêts. Il est conseillé de rédiger celui-ci aussi bien en français qu’en anglais, afin d’être accessible par les personnes qui ont une préférence pour seulement une des deux langues. La version française s’adresse principalement aux résidents du Québec, dans le cas où vous proposez vos services dans cette province.

Peu importe la province où vous vous trouvez, il est important d’ériger des contrats en bonne et due forme, car ils assureront votre protection dans le cas où des litiges ont lieu. En raison des différences qui existent entre les pratiques usuelles en France et celles en Canada, il vous est fortement conseillé de vous faire assister pour éviter de passer à côté de vos droits, ou d’omettre des points importants.

Comment réussir votre entreprise au Canada ?

Lancer une jeune entreprise doit se faire en pleine conscience que c’est une aventure qui n’est pas sans risques, et c’est principalement la raison pour laquelle tout le monde ne le fait pas. Si vous êtes parmi ceux qui ont osent sauter le pas, faites en sorte de mettre les chances de votre côté autant que possible. Les moyens de faire cela sont nombreux, dont avoir une bonne connaissance de votre clientèle, et d’apprendre continuellement à les connaitre au moyen d’une bonne analyse de ceux-ci pendant vos différents échanges.

Lorsque votre entreprise sera en activité, ce sera une occasion pour vous de mettre en valeur ses différents atouts mais aussi ses points faibles. C’est la manière la plus rapide à votre disposition si vous souhaitez évoluer de manière consistante. Plusieurs éléments de votre entreprise peuvent en bénéficier, que ce soit vos produits eux-mêmes ou la façon dont vous prenez en charge votre clientèle.

Conclusion

Pour ceux qui veulent savoir comment créer une entreprise au Canada, il est vivement conseillé de visiter d’abord le pays pour se faire une idée de la future clientèle. Chaque province est plus ou moins indépendante en termes de droits et de règles gérant l’entreprise en général, il faudra ainsi agir au cas par cas.