Entreprise étrangère au Japon : s’implanter au pays du soleil levant ?

La création d’une entreprise étrangère au Japon est rendue possible à cause du manque d’investissement entrepreneurial dans le Pays du soleil levant. De nombreux entrepreneurs français se sont déjà lancés dans cette aubaine à l’exemple du géant de la pâtisserie mondiale Pierre Hermé. Vivre au Japon pour y investir n’est cependant pas réservé aux plus puissants.

Entreprise étrangère au Japon : pourquoi s’y implanter

Vous avez toujours rêvé de partir au japon pou y vivre. Cependant, vous ne savez pas si vous allez pouvoir y trouver un salariat à la hauteur de vos attentes. D’autre part, les Japonais sont de grands travailleurs et les recrutements s’y font d’une manière plus ou moins sélective. Tournez la roue en votre faveur et pensez plutôt à créer votre entreprise dans le pays.

Mais pourquoi implanter son entreprise au Japon ? Quels sont les gains à y faire ? Si de nombreuses entreprises étrangères s’y sont lancées depuis peu, l’affaire est certainement rentable. Implanter votre entreprise au Japon vous permet en effet de créer, de lancer, et de faire marcher un business à réelle rentabilité. Déjà, dans ce pays, la lenteur administrative n’est pas coutume. Ensuite, les nippons aiment le nouveau s’il entre en adéquation à leur propre culture. Outre, le Japon étant un pays à économie stable, les prospects s’y convertissent rapidement en clients.

Les gains à y faire resteront toutefois relatifs aux efforts fournis par l’entrepreneur. Vous devez donc faire une bonne étude de marché, un bon business plan sans faille et trouver par la suite l’équipe gagnante. Avec ces trois piliers à la clé, le coût des premiers investissements sera vite rentabilisé. Pour réaliser tout cela cependant, vous seriez mieux avantagé en passant un séjour au Japon.

S’implanter au Japon pour éviter la concurrence

Entreprise étrangère au Japon - fiscalité

Le premier but des entrepreneurs qui ont décidé de créer leur entreprise nippone est l’esquive de la concurrence. En effet, au Japon, les actifs préfèrent gagner leur vie d’une façon plus traditionnelle au lieu de se lancer dans l’entrepreneuriat. Certes, il n’est pas rare de trouver des entrepreneurs sérieux et compétents au Japon ; cependant, dans le pays, la culture de la bureaucratie est plus valorisée.

Le premier but d’un entrepreneur étranger qui veut s’implanter au Japon est donc de trouver de la valeur dans une entreprise à faible taux de concurrence. Nombreux sont toutefois ceux qui ont décidé de faire un voyage au Japon pour étudier ce cas. Il convient donc de trouver le marché non concurrentiel pour pouvoir percer dans cette entreprise.

La double imposition ne fait pas partie de la politique entrepreneuriale japonaise

Au Japon, les déclarations d’impôts des entreprises étrangères sont soumises à une neutralité fiscale compte tenu du mode d’exploitation. En d’autres termes, vos revenus seront imposés indépendamment du pays d’origine de revenu. Vous allez également pouvoir bénéficier d’une réduction d’impôts si vos activités génèrent des bénéfices imposés dans votre pays d’origine.

Si vous avez décidé de bâtir une annexe de votre entreprise principale sur le territoire japonais, vous allez être imposé suivant les revenus de la succursale. Dans le cas où l’annexe est imposable dans le pays de la société mère, il vous sera attribué un crédit d’impôt à la hauteur de ce que vous avez payé au japon. De cette façon, vous allez pouvoir éviter la double imposition.

La création d’une entreprise au Japon

Vous avez donc pris la décision d’aller travailler au Japon par le biais de votre propre entreprise. Pour pouvoir créer votre entreprise, vous allez devoir définir son régime fiscal. C’est d’ailleurs l’étape commune à toutes les créations d’entreprises dans le monde.

Si votre entreprise a une vocation commerciale sur le territoire japonais, elle doit être immatriculée au Japon. L’enregistrement doit se faire avec la nomination d’un représentant de la société présent au Japon. Ceci se fait notamment plus facilement sous l’enregistrement d’une entreprise individuelle si vous voulez faire une activité indépendante. Toutefois, pour cela, il est nécessaire d’avoir un visa qui détermine votre appartenance au territoire ; soit, un visa époux/épouse.

Pour l’ouverture d’une succursale, une fois l’enregistrement accompli, il ne suffira plus que de trouver un local. Attention, la succursale est toujours liée à l’entreprise mère et ne peut a elle seule prendre des décisions majeures. Outre, elle ne dispose d’une autonomie juridique. Toutefois, vous devez toujours immatriculer l’annexe pour qu’elle puisse fonctionner normalement.

Quant à la création d’une filiale, elle peut se faire suivant une structure juridique de Société Anonyme, de Société à responsabilité limitée, etc. La filiale doit être immatriculée au Japon et la société mère (étrangère) est considérée en associé.

La CCI France Japon

La relation d’affaires franco japonaise est toujours sur une bonne voie. Vous pouvez d’ailleurs vous diriger vers la Chambre de Commerce et de l’Industrie France Japon, si vous désirez mieux vous imprégner du milieu. Votre adhésion à cet organisme vous permettra de vous placer dans une communauté d’affaires qui enregistre plus de 500 entreprises françaises et japonaises. Vous allez également y trouver près de 1500 décideurs. Votre premier rendez-vous au sein de cet organisme vous permettra par ailleurs de diriger au mieux vos attentes entrepreneuriales.

Outre, en vous inscrivant au CCIFJ, vous allez être mieux informé sur les activités socio-politicoéconomique du Japon. L’adhésion pourrait également être pour vous l’occasion ou jamais d’en apprendre un peu plus sur la culture japonaise chaque jour. Bien d’autres avantages sont à tirer de l’inscription à cette structure comme :

  • La mise en avant de votre entreprise lors d’une rencontre entre entrepreneurs ;
  • L’opportunité de devenir annonceur ;
  • L’accompagnement dans les activités de ressources humaines de votre société.

Comment adhérer à la CCIFJ ?

Pour devenir membre de la CCIFJ, vous devez vous rendre sur le site officiel de l’organisme. Trouvez-y un bulletin d’adhésion à remplir en français et en japonais. Il vous sera plus qu’utile d’avoir des connaissances en kanji, ou d’apprendre le japonais. Pour ne pas vous perdre, prenez des cours de japonais quelques mois avant votre départ. Mais le plus pratique serait d’apprendre la langue japonaise avant d’apprendre l’écriture.

Après avoir rempli votre bulletin d’adhésion, vous allez devoir choisir votre catégorie d’adhésion. Voici les catégories possibles :

  • Membre bienfaiteur (480 000 yens par an) ;
  • Membre actif (240 000 yens par an) ;
  • Membre individuel (70 000 yens par an) ;
  • Membre junior (120 000 yens par an) ;
  • Membre Kansai (90 000 yens par an) ;
  • Membre non résident (380 yens par an).

Dans quelle ville japonaise s’implanter ?

Entreprise étrangère au Japon - tokyo

Comme il est possible de s’implanter au Japon dans le cadre de la création, le lancement et la bonne mise en marche de votre entreprise, savoir où loger devient important. Vous devez faire votre choix avec minutie notamment dans le cadre d’une expatriation. Généralement, la vie au Japon est très agréable. La gastronomie est satisfaisante, le climat est agréable, les villes sont propres, la nature est omniprésente. Le coût de la vie en général est abordable pour les entrepreneurs et les travailleurs à revenus stables.

Il reste toutefois à choisir sa ville d’accueil. Les entrepreneurs choisissent souvent de s’implanter à Osaka, Kyoto ou Fukuoka. Ces trois grandes villes sont très appréciées pour leur dynamisme et le cadre de vie qui mêle tradition et modernité dont elles offrent. À Osaka, la vie est plutôt paisible, car les touristes s’y font rares. L’hébergement y est très abordable et le rapport rapidité et prix des moyens de locomotion est très appréciable. À Kyoto, vous allez trouver le tumulte des grandes villes. Si vous arrivez à trouver le bon business dans cette ville, vous allez donc pouvoir prospérer.

Quant à la ville de Fukuoka, elle est particulièrement avantagée par sa situation géographique. Les quartiers y sont animés à souhait et les transports bien accessibles. Vous pouvez y gouter aux fameux ramens au porc ! Outre, les opportunités entrepreneuriales n’y manquent pas.

Entreprise étrangère au Japon : quelles sortes de business implanter au Japon ?

Sur quel thème votre business portera-t-il ? Voici la première question à résoudre si vous désirez vous implanter dans le pays du soleil levant. Vous pouvez vous inspirer de ce qui s’est déjà fait pour cela, mais aussi, vous avez plein droit de venir avec vos propres idées. N’oubliez pas que le Japon est un pays où l’innovation est toujours accueillie à bras ouverts. Ne vous limitez donc pas aux idées superficielles de création de business. Aventurez-vous dans vos pensées les plus créatives. Vous pouvez même passer quelque temps au pays avant de vous décider sur quoi que ce soit.

Axez-vous sur la tradition

Le japon est un pays où la tradition reste un atout majeur de l’économie. Le business nippon étranger peut donc se faire autour des traditions nippones elles-mêmes. Explorez le culte du kawaii, trouvez votre inspiration dans les mangas, la beauté incontestable des geishas, la cérémonie du thé. Ne restez pas dans la globalité cependant. Explorez les grands thèmes en détail pour que vous puissiez développer votre business. Autour de la cérémonie du thé par exemple, la théière est un indispensable. Trouvez des moyens pour exploiter ce symbole !

Attention, qui dit tradition ne parle pas seulement de la culture nippone. Les japonais aiment beaucoup la culture française. D’ailleurs, la France est un pays bien présent au Japon. Si vous avez du mal à trouver des idées axées sur la culture japonaise, explorez donc du côté de votre propre pays. Apportez au Japon l’amour du vin, le fromage, la boulangerie, la pâtisserie, les beaux accoutrements vintages français, les livres (surtout les livres), l’art à la française, le cinéma, etc. Vous allez pouvoir faire prospérer votre business en peu de temps si vous comptez vous implanter avec ces idées-là.

Explorez le marché du web

Au Japon, le marché du web restera toujours une grande opportunité. Si vous êtes un entrepreneur web, vous allez donc pouvoir faire votre place au Japon. En entrepreneuriat web, il est nécessaire de construire tout un e-commerce. Sans cela, il serait impossible de prospérer dans le milieu. Pour que votre e-commerce puisse fonctionner au mieux, vous devez toutefois constituer une équipe compétente. Trouvez votre équipe dans votre pays d’accueil. Cette proximité vous permettra de faire moins de dépenses. C’est également la meilleure solution en termes de formation et briefing.

En effet, lorsque vous constituerez votre équipe, vous allez devoir former et coacher chaque membre. Du moins, vous allez devoir coacher des membres clés qui transmettront à leur tour les expertises au restant des membres de votre équipe.

Dans tous les cas, la création d’une entreprise web au Japon vous permettra d’aller loin. L’entrepreneuriat web étant un secteur porteur pouvant aboutir sur la création d’un revenu passif, vous pouvez l’exploiter entièrement sur le territoire japonais ;

Toutefois, avant de commencer, prenez connaissance des formations à suivre pour devenir entrepreneur web.

Quels sont les visas pour aller au Japon ?

Différentes sortes de visas vous permettent d’aller au Japon incluant les visas pour séjour temporaire, et les visas vacances-travail. Voici entre autres une liste des visas qui vous permettront de séjourner au Japon :

  • Visa des diplomates ;
  • Visa des officiels ;
  • Visa des professeurs ;
  • Visa des artistes ;
  • Visa pour les activités religieuses ;
  • Visa des journalistes ;
  • Visa pour les investisseurs et responsables d’entreprises ;
  • Visa pour les personnes appartenant au cadre juridique et fiscal ;
  • Visa pour les services médicaux ;
  • Visa des chercheurs ;
  • Visa des instructeurs ;
  • Visa des ingénieurs ;
  • Visa pour les visites à la famille et aux amis ;
  • Visa pour les stages non rémunérés ;
  • Visa époux et descendants de japonais.

Conclusion

Créer une entreprise étrangère au Japon est donc bien possible. Vous devez simplement avoir les bonnes idées de création, réglementer le côté légal de la société et vous lancer. Pour ce qui est des idées de création, le choix est large et il ne tient qu’à vous de trouver le bon business pour bien vous implanter au pays du soleil levant.