Cession d’entreprise étrangère : Comment vendre son entreprise ?

En plus d’être une démarche très longue, la cession d’entreprise étrangère est une opération complexe qui demande le respect de certaines procédures juridiques et administratives. En quoi consistent ces procédures ? Comment bien vendre votre entreprise ? Voici quelques-unes des interrogations dont traite cet article.

Cession d’entreprise étrangère : pourquoi

Derrière tout acte, existe toujours une raison. Vendre son entreprise, est une décision qui peut provenir de plusieurs raisons. Il peut s’agir d’un problème en rapport avec la rentabilité de l’entreprise ou peut-être qu’elle n’est plus la même que celle enregistrée au départ. Il peut aussi s’agir d’une réponse à une offre irrésistible. Peut-être qu’une personne morale vous propose une grosse somme (le triple de la valeur de l’entreprise) pour que vous la lui cédiez.

N’oubliez pas aussi le facteur principal qui d’ailleurs, définit la réussite dans de toute activité commerciale : la motivation. C’est la source de toute réussite dit-on ! Peut-être que les valeurs que couvrent votre entreprise ne sont plus trop motivantes pour vous. Vous ne ressentez plus la passion dans ce que vous entreprenez. Ou encore, vous éprouvez un tout nouvel intérêt pour un autre secteur d’activité, une chose remettant en cause les valeurs actuelles que couvre votre entreprise.

La vente d’entreprise : En quoi consiste-t-elle ?

Cession d’entreprise étrangère - juridique

Avant de vendre son entreprise, il y a des éléments à prendre en compte. Premier point à aborder, être totalement sûr de vouloir vendre. En effet, céder son entreprise et ne plus avoir les parts d’actions est une décision qui ne doit pas être prise à la légère. Au contraire, c’est une décision sérieuse qui demande une longue série de réflexions parce qu’elle représente, que vous le vouliez ou non, un tournant décisif dans votre vie. Vous devez être certain de vouloir céder à un autre, tout le travail que vous avez mis des années à accomplir.

Est-ce une décision avisée ? Avez-vous pris le soin d’en discuter avec vos amis, votre équipe, vos proches et collaborateurs ? Si oui, aviez-vous pris en compte leurs avis ? Quelles sont vos toutes nouvelles perspectives d’avenir ? Y avez-vous songé ? …Un conseil : pour ne pas avoir de regrets par la suite, il serait préférable que vous preniez un peu de recul pour analyser toutes les options qui se présentent à vous. Pensez-y énormément afin d’attaquer les bonnes démarches. C’est d’ailleurs très important.

Le deuxième point concerne le moment. Êtes-vous certain que c’est le moment idéal pour une telle opération ? Comment mesurez-vous la rentabilité de cette solution ? Êtes-vous sûr que votre entreprise présente une grande valeur financière ? Êtes-vous sûr de pouvoir tirer un gros profit de votre vente en ce moment précis ? Il s’agit de questions qui détermineront vos choix.

D’un autre côté, n’est-il pas encore le moment de vendre ? pensez-vous que votre entreprise puisse continuer de rivaliser avec ses concurrents vu les différentes difficultés que vous enregistrez ? Pensez-vous pouvoir toujours assurer face à une concurrence de plus en plus présente sur le marché ? Si non, n’attendez surtout pas la faillite totale avant de vous engager. Vous devez savoir profiter de la situation. Pour ne pas céder votre bien à un prix  dérisoire, vous devez vite opter pour la vente avant qu’il ne soit trop tard. Cela dit, vous devez mettre en place les bonnes démarches pour mieux en profiter.

Le repreneur de votre entreprise : définition de profil

Malgré votre choix de vendre votre structure, vous vous inquiétez de son avenir après votre départ. Vous craignez que le repreneur ne soit pas à la hauteur de sa gestion. Eh bien…quelles sont ses compétences ? Son domaine d’activité ? Comment évaluez-vous ses connaissances dans le domaine ? Quelles sont ses visions pour votre entreprise ? Un dirigeant mal averti, pressé de céder sa structure, peut faire un mauvais choix. Il est donc recommandé, si tant est que le destin de votre entreprise vous préoccupe toujours, de prendre le temps d’étudier le profil du repreneur et aussi de voir avec quel acheteur vous ferez davantage de profits.

Étudier la concurrence entre les acheteurs

Il y aura beaucoup de personnes qui seront intéressées par le rachat de votre structure. Ceci vous permettra non seulement d’avoir de nombreuses propositions de rachat mais aussi, d’avoir une grande marge de prix de vente. Ainsi, vous aurez la possibilité de faire le choix qui vous conviendra le mieux. Si un candidat potentiel sent qu’il peut perdre votre entreprise à la moindre erreur (concernant le prix de rachat), il peut toutefois revoir son prix à la hausse. Il vous revient à vous-même « vendeur »de savoir négocier et profiter des occasions qui s’offrent  à vous.

Il est temps de préparer vos entretiens. Mais, pourquoi préparer d’avance des entretiens ? Quelle importance ?

Vous devez être crédible devant les candidats à l’achat. Les informations que vous leur fournirez, devraient leur sembler fiables et exactes. Vous devez aussi être en mesure d’anticiper la réponse des questions qu’ils auront à vous poser. Le repreneur essayera d’énumérer les failles de votre entreprise dans l’intention de réduire son prix et l’acheter à un prix bas. Cela étant, vos argumentaires et ceux de vos collaborateurs doivent être sans reproche.

Un autre conseil, faites des business plan. Vous devez prouver à vos investisseurs que votre entreprise est productive et représente un pôle important dans son secteur d’activité.

Par ailleurs, vous vous lancez dans une procédure longue et complexe, de ce fait, prenez toutes vos précautions. Bien que vous vous êtes engagés dans la vente, vous devez pouvoir assurer une bonne gestion des activités jusqu’à l’achat de l’entreprise. Prenez conseil auprès de vos proches, de vos partenaires pour une gestion efficace car ceci vous permettra de maximiser sa valeur. Ainsi, vous pouvez fixer des prix qui vous serviront à financer vos futurs projets. Autrement, aucune personne ne voudra plus l’acheter parce qu’ils trouveront tous que les prix fixés ne sont pas proportionnels aux valeurs actuelles de l’entreprise.

Pour plus d’informations sur le sujet, il est recommandé que toute personne se lançant dans cette procédure prenne conseil afin de comprendre toutes les démarches juridiques qu’elle implique. Vous pouvez également décider de rester dans l’administration de la structure quelque temps après sa cession tout comme vous pouvez choisir de partir définitivement. Dans le premier cas, prenez donc le soin de mentionner dans les contrats, la période que vous envisagez de passer, histoire de partager vos connaissances et expériences avec les nouveaux dirigeants.

Quand bien même, vous pouvez vous-même gérer cette vente, il est préférable que vous confiez cette tâche à des cabinets d’avocats spécialisés dans le domaine de vente d’entreprises.

Les différentes étapes de la vente de votre entreprise

Pour bien vendre votre entreprise et faire l’objet d’un accroissement des bénéfices, il faut impérativement suivre quelques étapes. Au prime abord, l’acquéreur intéressé par votre entreprise, vous adressera une lettre d’intention dans laquelle il expliquera son projet. Assurez-vous aussi que ce dernier ait de bonnes motivations avant de passer à la signature du compromis de vente, un accord qui est le plus souvent soumis à de nombreuses conditions (l’acquéreur obtient le crédit, un audit de l’entreprise, etc.). Au cours de la signature, vous devez définir des clauses (notamment clause de non concurrence, clause de garantie) afin de garantir au repreneur, la régularité des résultats et des comptes de la structure.

Très souvent, une clause de non-concurrence est incluse dans les accords et vous empêche de reproduire la même activité ailleurs, laquelle pourrait influencer sur les résultats de l’entreprise. Alors, dans la mesure où vous avez plusieurs acheteurs prêts à payer pour votre entreprise, prenez tout le temps de bien négocier le prix.

Négociation des prix : un grand enjeu

Cession d’entreprise étrangère - négocier

Vous avez une entreprise réputée sur le marché dans son domaine d’activité et vous aimeriez la céder aux meilleurs prix. Le problème, vous ignorez comment procéder, vous maitrisez peu les techniques de vente ou de négociation et vous ignorez sur quoi vous baser pour définir le prix de vente de votre entreprise. Sachez dès maintenant que transmettre votre entreprise à vos petits enfants ou la vendre, peu importe l’option que vous choisirez, le prix fiscal de la procédure peut être très élevé surtout si celle-ci n’était pas évaluée avant.

En parlant de fiscalité, elle peut sembler être un frein à la vente de votre entreprise. Et ceci, parce que le chef d’entreprise détient en ses propres mains les titres de la structure. Ainsi, par rapport à l’évolution de l’impôt sur le revenu, il imposera la plus-valu réalisée au cours de la vente.

Comment est déterminée la plus-valu imposable ?

Déterminée en faisant la différence entre le prix d’acquisition et le prix de vente des titres, la plus-value imposable prend en considération la valeur retenue pour le calcul des droits de succession et de donation. Face à tous ces éléments, le mieux est que vous fassiez confiance à un cabinet de conseils spécialisé en cession d’entreprise et cession de fonds de commerce. Ils sauront mieux gérer cette tâche. Mieux, ils s’assureront que vous ne regrettiez pas votre vente et vous trouveront si possible des candidats potentiels si vous n’avez pas de porte de sortie. Sans oublier qu’ils maitrisent mieux les différents moyens de cession de fonds qui existent.

Quels sont les différents moyens de vente d’entreprise ?

On distingue plusieurs moyens de vente d’une entreprise : le Rachat par direction, le désinvestissement, le rachat financé par les actifs, etc.

À propos du rachat par la direction

Ce moyen est encore appelé « rachat d’une entreprise par ses dirigeants ». Ici, c’est le propriétaire de l’entreprise à vendre qui décide, pour différentes raisons de quitter son entreprise, et choisit de déléguer les rennes à ses employés ou à ses collaborateurs. Dans ce cas, la direction permet aux employés d’obtenir une action dans le capital de l’entreprise individuelle afin de veiller à la bonne gestion de celle-ci. Ceux-ci ont ainsi la motivation et l’opportunité de propulser l’entreprise à un niveau plus élevé. Parallèlement, il mène les actions nécessaires pour maximiser sa valeur.

À propos du désinvestissement

Ce qui est généralement observé dans plusieurs entreprises, c’est la centralisation de leurs différentes activités. Autrement dit, elles recentrent leurs diverses opérations sur leurs activités principales. Une telle action engendre le désinvestissement de certaines de leurs filiales et divisions, lesquelles opèrent dans des activités secondaires ou accessoires. Ainsi, un propriétaire d’entreprise peut choisir de se focaliser uniquement sur ses activités principales et vendre les activités complémentaires. C’est un système de vente commerce qui est possible grâce à un acheteur ou par le biais d’un MBO.

Concernant le Rachat financé par les actifs

C’est une solution très simple qui consiste à proposer à un chef d’entreprise qui n’a pas de relève familiale de se retirer de la structure. C’est une alternative que les dirigeants eux-mêmes proposent.

Cession d’entreprise étrangère : un bref résumé…

Pour vous résumer rapidement de quoi il s’agit…, vendre une entreprise est une question de temps et d’énergie. Il vous serait d’un grand avantage si vous l’anticipiez et que vous passiez devant un cabinet spécialisé en conseils acquisition-cession afin que l’opération se déroule bien et que vous en sortiez gagnant. Il vous faut également prévoir ce que vous ferez après la vente. C’est-à-dire, votre projet d’avenir (mise en place d’une autre entreprise ou la retraite). Ceci vous rassurera et vous donnera plus de confiance lors de la vente. Mais avant tout, assurez-vous que vos associés soutiennent aussi votre projet. Ceci évitera qu’ils deviennent hostiles à l’égard du nouveau propriétaire.

En somme, vendre son entreprise est une question qu’il faut bien mûrir. Beaucoup de chefs d’entreprises s’engagent dans cette initiative sans se douter de la longue procédure que cela implique. Peu importe la valeur de votre entreprise, peu importe votre secteur d’activité et votre position sur le marché, prenez conseil auprès des cabinets professionnels de vente-acquisition d’entreprises.